«

»

Avr 03 2012

Imprimer ce Article

TVA à 7% : merci Nicolas Sarkozy

Je ne vais pas parler pour les autres corps de métier ; mon sens aigu de la solidarité me pousse à dire “chacun sa merde, n’aviez qu’à pas voter pour lui.
 N’empêche.

Librairie de la Renaissance

Librairie de la Renaissance, au Mirail à Toulouse

J’ai passé la journée à la Librairie de la Renaissance, en plein ré-étiquetage des livres pour le passage de la TVA de 5,5% à 7%. De 10 à 25 centimes de plus l’ouvrage, ça fait de la peine. Et je ne reviendrai même pas sur les problèmes de trésorerie engendrés, non. De même, je n’évoquerai pas le cadeau amusant fait au numérique en alignant sa TVA sur celle du papier. Tout le monde s’en fout.

TVA 7%

Non.
Je vais simplement parler des soucis logistiques.

C’est bien connu, libraire est un métier où on a bien le temps de glander et où on n’a que ça à foutre que de changer les prix en surface de vente et sur les lots présentés aux collectivités et autres clients extérieurs.
Déjà, ça.
Autant c’est marrant cinq minutes, autant après 5000 références, on sent la pénibilité de la chose gagner petit à petit.
Ben ouais, parce que qui dit hausse de la TVA dit hausse des prix. Et déjà que la plupart des clients sont à peine au courant de la loi du 10 août 1981 relative au prix unique du livre, si en plus il faut leur expliquer que le prix que nous leur demandons à la caisse ne correspond pas à ce qu’ils ont vu en boutique, ça devient longuet, limite fastidieux.

Ensuite il y a l’informatique.
C’est très bien l’informatique. Dans l’absolu, on change le taux de TVA et paf, le tour est joué.

Et c’est ce qu’ont fait certains éditeurs. Préparez-vous à voir des livres à 9,17€ ou 23,59€. Imaginez maintenant l’enfer que ce sera de tenir une caisse avec toutes les pièces nécessaires.
Joie. Pure, pleine et parfaite joie.

D’autres éditeurs ont arrondi (parfois avec un tantinet de lourdeur dans la main). Un point et demi de hausse de TVA et on arrondit au dixième supérieure. Je suis curieux de voir l’impact sur les ventes et les réactions des collectivités ; surtout celles avec un petit budget.

Et il y a ceux qui ont tout foiré. Qui se sont gourés, qui ont été victime d’un bug informatique (si vous pouviez me voir, je fais les guillemets avec mes doigts), ou qui n’ont tout simplement pas encore changé leurs prix.

Voilà comment une librairie perds de l’argent et du temps (donc encore plus d’argent).

Alors, s’il vous plaît, lorsque vous achèterez un livre ces prochains jours, s’il y a une erreur, soyez sympa avec votre libraire parce qu’il y a de fortes chances que lui en ai plein le cul derrière. Et qu’il soit bientôt chômeur, accessoirement.

Pour tout ça, pour le soin apporté à la culture, pour votre pouvoir d’achat et pour la santé mentale des libraires, pensez aussi à remercier notre estimé et compétent président de la République, Nicolas Sarkozy. Cet homme est une synthèse.
Et merci également à vous qui avez voté pour lui : je me suis toujours demandé si c’était douloureux, la connerie à forte dose.

S’il repasse aux élections, je perds ce qui reste de ma foi en l’humanité.

Et ce n’est pas la fonction que je méprise, mais bel et bien l’homme qui la salit.

Lien Permanent pour cet article : http://www.terresdelegendes.fr/2012/04/politique/tva-a-7-merci-nicolas-sarkozy/

(3 commentaires)

  1. avatar
    Chinal

    Bonjour,

    je compatis (en tant qu’éditeur) et vous souhaite bien du courage.
    Mais en lisant votre billet, je me demande s’il y aura une quelconque réaction significative de ceux qui votent…
    Tout travail mérite salaire… ouaif…
    http://www.remboursement-president.net

  2. avatar
    Dau Nathalie

    Il y a aussi des éditeurs qui ont choisi de maintenir le prix TTC pareil qu’avant la hausse de TVA, pour ne pas pénaliser les lecteurs en cette période de crise.
    Alors oui, cela fait un HT un peu moindre sur lequel calculer la marge de chacun des acteurs de la chaîne du livre, mais bon, comme les éditeurs dont je parle sont des micro-éditeurs globalement boudés par la grande majorité des libraires déjà avant la hausse, est-ce que cela va vraiment avoir un impact sur les libraires en question ?
    En tout cas, là, ce n’est pas un foirage, comme sous-entendu dans l’article, mais bien un choix délibéré et assumé.

    1. avatar
      admin

      C’est vrai. Je les ai oubliés, ceux-là. Et, étrangement, malgré le manque de moyens, ce ne sont pas ceux qui s’en tirent le plus mal (question logistique). Après, il y a aussi des gros qui n’ont pas touché aux prix.
      Mais avec le poche à 7€, le grand format entre 15 et 25 et la BD qui oscille allègrement entre 10 et 15€…

Les commentaires sont désactivés.